Quels enjeux géopolitiques pour la Guinée d’après Alpha Condé?

Quels enjeux géopolitiques pour la Guinée d’après Alpha Condé?

Youssouf Sylla

Que sera l’impact de la chute du régime d’Alpha Condé sur les rapports entre la Guinée et les puissances internationales avec lesquelles elle a de fortes relations? La question mérite d’être posée d’autant plus qu’au cours de la dernière décennie, la politique extérieure du président Condé était tournée vers la Russie, la Chine et la Turquie.

Pour assurer dans le long terme son approvisionnement en ressources minières, la Chine a conclu avec la Guinée en septembre 2017, un accord-cadre portant sur l’octroi d’un prêt de 20 milliards USD, sur la période allant de 2017 à 2036, contre ses ressources minières.

Avec des intérêts dans le secteur minier guinéen, Vladimir Poutine a soutenu le projet de troisième mandat du président Condé

Il y a aussi la Russie, héritière de l’Union soviétique, qui fut l’un des premiers pays à apporter son soutien économique et politique au jeune État guinéen qui venait d’accéder à l’indépendance en octobre 1958. Avec des intérêts dans le secteur minier guinéen, le président russe Vladimir Poutine a soutenu le projet de troisième mandat du président Condé.

Un autre pays avec lequel la Guinée s’est beaucoup rapprochée sous Condé est la Turquie. Ces derniers temps ont connu une présence de plus en plus visible des Turcs dans les secteurs du transport, des travaux publics et de gestion des déchets guinéens.

La Russie, la Chine et la Turquie, dans leur volonté de contrecarrer l’influence française en Afrique, misaient sur le chef d’État guinéen, qui en mars 2017 invitait ses pairs à Abidjan, à rompre le cordon ombilical avec la France. Il pouvait par conséquent compter sur le soutien de ces pays pour se pérenniser au pouvoir. Alors que les puissances occidentales, la France en-tête, critiquaient, ouvertement son projet de réforme constitutionnelle.


Avec le coup de force du 5 septembre dernier qui met Alpha Condé hors-jeu, la Chine, la Russie et la Turquie perdent un allié de taille en Afrique de l’Ouest. Mais ce serait prendre un risque inconsidéré de croire que c’est la fin de l’embellie entre la Guinée et ces pays. Le chef de la junte militaire guinéenne, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, a d’ailleurs tenu à préciser dans ses toutes premières déclarations que tous les engagements internationaux de la Guinée tiennent.

Avec les changements en cours, la Guinée devrait avoir, dans ses propres intérêts, un nouveau positionnement dans le cadre de son partenariat diversifié avec les poids lourds de la politique internationale. Dans le contexte actuel, il est difficile  d’envisager un changement radical avec la Chine, la Russie et la Turquie.

Il est tout à fait de l’intérêt supérieur de la Guinée d’avoir une politique extérieure équilibrée avec ses partenaires

La question est cependant de savoir s’il aura un rééquilibrage en faveur de la France. Difficile de prévoir l’avenir à ce stade. Mais ce qui est évident, il est tout à fait de l’intérêt supérieur de la Guinée d’avoir une politique extérieure équilibrée avec ses partenaires.

Autant il est fondamental de préserver de bonnes relations avec les partenaires historiques que sont la Russie et la Chine, autant il l’est aussi de rénover les liens de coopération avec les autres puissances occidentales. Mais pour cela, il faut qu’elle mette de l’ordre chez elle, notamment en matière de démocratie et de respect des droits humains.


Crédit photo : afrique.le360.ma

Youssouf Sylla

 

Youssouf Sylla est un analyste politique guinéen.

Add Comment