Covid-19 à Mamou : toutes les mesures prises au niveau national ont été appliquées au niveau de la région

Covid-19 à Mamou : toutes les mesures prises au niveau national ont été appliquées au niveau de la région

Les entretiens de WATHI – Les régions de la Guinée

Dr Kassé Fangamou

Dr Kassé Fangamou est médecin, il est spécialiste de l’économie de la Santé et de vaccinologie. Il est le directeur régional de la santé de la région de Mamou

Quel regard portez-vous sur le secteur de la santé dans la région ?

La région de Mamou comptabilise 3 districts de santé, à savoir Mamou, Dalaba et Pita, 41 centres de santé, 3 hôpitaux publics dont 2 préfectoraux et un régional situé à Mamou. Il y a également dans la région un hôpital confessionnel (Hôpital de Compassion).

Le secteur de la santé de Mamou est une déconcentration du ministère de la Santé, nous menons donc une politique de santé fondée sur le plan nationale de la santé 2015-2024 ; tous les autres plans du niveau central sont mis en œuvre au niveau local (dont les soins de santé primaire). Nous avons plusieurs partenaires qui nous appuient dans tous les secteurs de la santé depuis les hôpitaux jusqu’au niveau communautaire.

Notre base d’action est la santé communautaire, notamment à travers les agents de santé communautaire et les relais communautaires qui se trouvent dans les différentes communautés rurales mais aussi les communautés urbaines.

Quel est votre rôle dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 dans la région ?

Par rapport à la pandémie de la Covid-19, tous les services sanitaires de la région ont joué un grand rôle dans la lutte contre cette pandémie qui endeuille la communauté nationale et internationale. Après l’élaboration du plan national de riposte, nous les avons opérationnalisés au niveau de la région de Mamou.

Toutes les mesures prises au niveau national ont été appliquées au niveau de la région, à commencer par le respect de l’état d’urgence décrété par le président de la République, la mise en place des barrages sanitaires, le dépistage, la création de centres de prise en charge des cas positifs, etc.  La région sanitaire a participé à tous les comités (régionaux, préfectoraux) de riposte ainsi qu’à la sensibilisation et la distribution des kits sanitaires. Aujourd’hui, nous appliquons la stratégie du dépistage massif.

Quelles sont les difficultés auxquelles le secteur de la santé est confronté dans la région ?

Dans la région de Mamou, nous avons quelques difficultés auxquelles nous faisons face. La première est liée aux ressources humaines. Certes l’État et les partenaires ont déployé d’importants efforts pour mettre à disposition depuis 2016 du personnel pour combler le déficit. Certains agents ont rejoint leur poste, d’autres non.

Nous avons plusieurs centres qui sont dépourvus d’agents. L’autre défi, c’est le manque de matériel de santé qui se manifeste dans plusieurs postes de santé. On peut aussi parler de l’appropriation des soins de santé communautaire par les populations. Les communautés ont du mal à s’en approprier. De même, on peut évoquer le financement du secteur de la santé qui pose problème. Actuellement les plans d’action opérationnels pour l’année 2021 ; mais après on sera confronté à la mise œuvre de ces derniers par le déficit de financement aux différents échelons de la région.

Quelles sont les pistes de solution pour améliorer le secteur de la santé dans la région ?

Pour améliorer le secteur de la santé dans notre région, nous pensons que l’état des lieux est déjà fait depuis un certain temps. Des actions sont en train d’être planifiées pour améliorer les indicateurs de santé dans la région. Les plans d’action opérationnels sont élaborés pour prendre en compte les défis depuis les hôpitaux, la DPS et la DRS.

Nous passons au peigne fin les défis et problèmes des structures sanitaires pour une meilleure résilience. L’un des défis sur lesquels nous nous appuyons maintenant c’est la prévention, notamment les maladies transmissibles à potentiel épidémique (rougeole par exemple), pour une amélioration des conditions et de la situation sanitaire. Des actions sont également en train d’être menées pour lutter davantage contre des maladies graves comme la tuberculose, le VIH, afin d’améliorer d’une manière générale la santé des populations.


Crédit photo : actujeune.com

Add Comment